23.1 C
Alger
dimanche, décembre 4, 2022

Vie politique : Les jeunes ont aussi leur mot à dire

Par : Maria B.

L’engagement politique pris par le président de la République, Abdelmadjid Tebboune devant la jeunesse pour créer les conditions indispensables au renforcement de l’Etat de droit, l’amélioration de la démocratie participative et bien sûr l’épanouissement de la jeunesse algérienne dans le cadre d’une stratégie socio-politique répondant au contexte actuel, se concrétise de belle manière.

La mise en orbite du Conseil supérieur de la jeunesse (CSJ), conduit par un jeune responsable issu de la wilaya d’Adrar, constitue un moment important dans la vie de la nation, et une étape historique dans le processus d’édification de l’Algérie nouvelle. Cet organisme est consacré dans la Constitution en tant qu’instance consultative qui se distingue par une composante essentiellement jeune, avec l’approbation du principe d’équité de représentation hommes/femmes.

La riche expérience politique et constitutionnelle réussie depuis 2O19, notamment la bonne tenue des élections présidentielles, législatives et locales, la qualité de l’expérience démocratique en Algérie est unanimement appariée aujourd’hui. L’avènement du CSJ a été une opportunité pour offrir à la jeunesse un cadre d’expression démocratique pour aborder l’avenir avec sérénité. Dès lors, les jeunes sont outillés pour en fixer les bases et dont la qualité d’un consensus est à même de consolider l’unité nationale et à promouvoir la paix et la stabilité du pays. Ces épreuves ont montré à souhait la maturité du peuple algérien, de la jeunesse en particulier à faire preuve ainsi de leur engagement et de leur détermination à préserver et à défendre la démocratie et ses intérêts vitaux. Se tourner vers l’avenir passe également par des jeunes plus « réactifs ». Dans un monde qui se transforme plus rapidement que jamais, les jeunes doivent s’adapter et renouveler à chaque fois que possible leurs modes d’actions afin de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

C’est pourquoi, le Président Abdelmadjid Tebboune a fait le pari de la jeunesse pour renforcer la démocratie et la cohésion sociale ; de relever les défis majeurs. Telle est l’une des conclusions peut-on dire du rôle du CSJ. A cet égard, le président de la République à l’issue de la cérémonie d’installation du président et des membres du CSJ a souligné « l’Algérie qui s’apprête à célébrer le 6Oe anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale, est fière de sa jeunesse ambitieuse qui contribue à l’édification et au développement du pays ». Le Chef de l’Etat a affirmé à l’occasion, que le pari sur la jeunesse pour relever les défis de l’heure peut être engagé avec confiance. « Dans cette conjoncture qui requiert la conjugaison des efforts des cadres et des obédiences, toutes appartenances confondues, pour la consolidation de la cohésion nationale et le renforcement du front interne face aux défis régionaux et enjeux internationaux complexes, nous misons, en toute confiance, sur notre jeunesse à travers laquelle l’Algérie fraye son chemin vers davantage de progrès et de prospérité », a souligné encore le Chef de l’Etat mettant l’accent sur « l’engagement de patriotique » de la jeunesse algérienne et louant ses compétences et aptitudes multiples acquises notamment dans les domaines scientifiques et technologiques que connaît le pays ». Il a indiqué dans le même sillage que cette instance « est un nouveau départ qui permettra une meilleure mobilisation de la jeunesse dans le cadre de la nouvelle dynamique que connaît le pays ».

L’avènement du CSJ est déjà qualifié par les spécialistes de la jeunesse comme un nouvel « ordre » de restructuration de la jeunesse qui s’inscrit en parfaite lien à l’environnement social, culturel, économique et politique et qu’il résulte que le redressement de l’Algérie a été l’événement le plus déterminant, en imposant les jeunes dans la sphère politique et les milieux des responsabilités à tous les échelons. Cela signifie une grande reconnaissance et un défi encore plus immense en faveur des jeunes qui désormais ont la mission de préserver, de faire vivre l’héritage du Premier Novembre 1954.

M.B.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles