21.1 C
Alger
dimanche, décembre 4, 2022

Un monde à l’envers !

Par Salah Bey

Il y a de ces contradictions du monde moderne qui laissent les citoyens du monde dans l’incompréhension.

Un monde en folie que tout l’arsenal légiste international n’arrive pas à limiter le risque qui plane sur les habitants de la planète. Un monde en dérision que les innombrables organisations humanitaires n’aient pu faire taire les armes, ni permettre un vivre ensemble ni vivre en paix tout court.

Un monde partagé entre ceux qui monopolisent, qui de guerre en guerre, passent d’un fascisme à un néocolonialisme plus impitoyable que le précédent et parfois des peuples sont tués sans balles aux canons mais juste avec une violence verbale humiliantes et dégradantes.

Les organisations de l’ONU oublient parfois qu’elles sont impartiales. Mais il y a apartheid, dans mots assassins dans e leurs communiqué que le monde a mis deux siècles de luttes pour en arriver à bout. Il resurgit de façons spectaculaire et indigne eu égard de comportements injustifiés et restrictifs en dépit du rôle qui leur incombe.  

Le monde contemporain mené par les forces du mal a besoin de doses de sagesse pour éviter à l’humanité des suites irréparables de ces politiques faites à la base de cloisonnement de races, de religions ou selon la puissance militaire et le monopole de la production agricole et agroalimentaire.

La faim de pans de la population mondiale n’est pas le fait de la nature  mais aussi de la mauvaise distribution des denrées alimentaire frappées de cherté que seule une solidarité positive pourrait y résoudre la problématique du manque d’eau et des vivres au tiers de la population mondiale. Alors qu’il y a dans ce monde assez de places pour tout le monde et où il y a à manger pour tous.

Dans le cadre d’un esprit égalitaire pour l’être et avoir entre peuples des cinq continents. Car en vérité, il n’y a pas de peuples pauvres mais des puissants qui se sont enrichis en volant leurs richesses.

Mais quand on lit sur la page d’une organisation officielle, l’UNICEF, qui de plus est une institution onusienne, que les enfants en Ukraine ont vu des choses qu’aucun enfant ne devrait jamais voir, c’est désespérer qu’une telle organisation veille à l’égalité des chances entre enfants du monde.  

Pleurer que les maisons et écoles des enfants ukrainiens ont été dévastées et les enfants déchirés, tout comme l’effondrement de l’ensemble des systèmes essentiels à la survie des enfants palestiniens exclus de ses plaintes et mécanismes de veille onusiens, dénote d’un apartheid qui ne dit pas son nom.

L’UNICEF qui estime qu’elle travaille sans relâche pour intensifier ses programmes essentiels à la survie des enfants, parle évidemment d’enfants ciblés par un protectionnisme ségrégationniste car quand il s’agit des enfants Palestiniens, c’est le Silence radio !

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles