8.1 C
Alger
mardi, janvier 31, 2023

Selon l’économiste Yacine Merzougui : En 2022, la situation hydrique est bonne

Par : Islam Khermane

Conséquence du changement climatique, des sécheresses plus précoces et plus intenses frappent désormais plusieurs pays du monde entier. La raréfaction de l’eau provoque déjà des soucis d’approvisionnement, ainsi que l’alimentation en eau potable.

L’Algérie, parmi les pays touchés par cette situation hydrique perturbée, a enregistré une réduction de ses approvisionnements en eau. Toutefois, le géant nord-africain est capable de dépasser cette situation, vu les moyens dont dispose le pays.

A ce sujet, l’expert en économie, Yacine Merzougui a expliqué, lors de son passage à l’émission « Angle Mort » sur « Essalam Tv », que la situation hydrique en Algérie, durant l’année en cours est bonne, par rapport à l’année précédente (2021).

Concernant justement cette dernière année, cet expert a fait savoir qu’il y a eu énormément d’efforts qui ont été consentis dans le secteur de ressource en eau.

Entre temps, il a expliqué qu’il n’y a rien à craindre pour cette année, la gestion de la ressource est bien étudiée et prise charge par les services concernés. Ajoutant que cette fois les autorités ont décidé de construire cinq nouvelles stations de dessalement d’eau de mer à une capacité de production de 300 milles mètre cube par/jour pour chaque station, soit une capacité quotidienne de 1,5 millions au total à partir de 2025.

Et particulièrement pour l’année en 2022 en cours, Yacine Merzougui a affirmé que le barrage Kef Eddir de Tipaza entrera en service dans les prochains mois.

Poursuivant, que ce projet était à l’arrêt depuis 6 ans. Toutefois, la réalisation de cet ouvrage a été attribué à Cosider pour le relancer.

Soulignant que la région de Cherchell verra les premiers résultats de l’alimentation de ce dernier à partir du mois d’octobre et novembre. Notant par conséquent que l’approvisionnement va s’étendre aux autres régions.

Par ailleurs, Yacine merzougui a évoqué le potentiel des ressources dont dispose l’Algérie, en indiquant qu’en 20 ans, l’Algérie aconstruit 11 stations de dessalement d’eau de mer, elles sont censées produire 1 million de m3/j, sauf que la production moyenne est de 600 milles m3 par jour.

La gestion de ces stations sera prise en charge par des russes, soulignant au passage que l’Algérie ne va pas perdre de l’argent si elle réduit la production quotidienne.

L’Algérie se place au 29ème rang des pays qui souffrent des problèmes hydriques et ce malgré ses 80 barrages d’eau, dont 38 de taille moyenne, qui ont moins de 20 ans, 8 systèmes de grand transfert, où le réseau total d’alimentation en eau potable est 125 mille km et le réseau d’assainissement est de 47 mille km, notant que l’assainissement ne nécessite pas un long transfert. Il a également indiqué que l’Algérie dispose deux cents stations d’épuration de l’eau.

Entre temps, l’economiste a expliqué que la consommation globale du pays est de 18 milliards de m3 par an. Il a tenu à informer que le secteur des ressources nécessite une réorganisation pour sa relance vu son aspect vital et essentiel pour le développement du pays.

I.K.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles