Accueil Divers Monde Sabotage des gazoducs Nord Stream La Chine plaide pour l’ouverture d’une enquête impartiale

Sabotage des gazoducs Nord Stream La Chine plaide pour l’ouverture d’une enquête impartiale

0
Sabotage des gazoducs Nord Stream La Chine plaide pour l’ouverture d’une enquête impartiale
(FILES) This file photo taken on November 8, 2011 shows a view of the gas pipeline terminal prior to an inaugural ceremony for the first of Nord Stream's twin 1,224 kilometre gas pipelines through the Baltic Sea, in Lubmin, northeastern Germany. - The German government on July 20, 2022 accused Russia of using the absence of a turbine as a pretext to limit gas deliveries via a key pipeline due to go back online this week. Russia's state-owned energy giant Gazprom has reduced flows to Germany via Nord Stream 1 by some 60 percent in recent weeks, blaming the absence of a Siemens gas turbine that was undergoing repairs in Canada. (Photo by John MACDOUGALL / AFP)

La diplomatie chinoise considère qu’il est nécessaire de mener une enquête objective, impartiale et professionnelle afin de faire la lumière sur le présumé sabotage américain des gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, s’est exprimé le 20 février sur les explosions de septembre 2022 des gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique, estimant qu’il était nécessaire de mener à leur sujet «une enquête objective, impartiale et professionnelle» afin d’établir le déroulement des faits et les responsabilités concernées. «La communauté internationale a le droit d’exiger une enquête approfondie sur les attaques contre les gazoducs Nord Stream», a déclaré le haut diplomate chinois, soulignant que les dommages causés aux gazoducs en question étaient à l’origine d’«impacts négatifs importants sur le marché mondial de l’énergie et l’environnement écologique mondial». Ainsi que le rapporte le tabloïd chinois Global Times, le porte-parole de la diplomatie chinoise a en outre considéré que «le silence inhabituel des responsables et des médias américains renforçait la conviction que l’incident de l’explosion était extrêmement complexe». De récentes révélations qui appuient la thèse d’un sabotage américain.

Survenues en septembre 2022 dans les eaux internationales de la mer Baltique, les explosions des infrastructures gazières en question ont fait l’objet de multiples spéculations dans un contexte plus que jamais tendu entre d’un côté la Russie, et de l’autre, la coalition occidentale menée par les Etats-Unis afin de soutenir l’effort de guerre ukrainien. Alors que la thèse d’un prétendu sabotage par la Russie de ses propres pipelines avait immédiatement été propagée au sein du paysage médiatique occidental, notamment sur les plateaux de multiples chaînes de télévision française, Moscou a toujours fermement démenti de telles allégations, réclamant pour sa part «une enquête internationale transparente». Fait notable, de récentes révélations publiées par le célèbre journaliste américain Seymour Hersh viennent désormais consolider la thèse d’un acte commandité par les Etats-Unis. Début 2022 déjà, des propos analysés par certains observateurs comme étant des allusions implicites à un sabotage américain du Nord Stream avaient été prononcés par le président américain en personne, Joe Biden, mais aussi par l’actuelle sous-secrétaire d’Etat américaine pour les Affaires politiques, Victoria Nuland, personnellement impliquée de longue date dans l’élaboration de l’agenda étasunien en Ukraine.