23.1 C
Alger
dimanche, décembre 4, 2022

Plus grand investisseur arabe en Algérie : Le Qatar mise beaucoup sur l’économie algérienne

Le Qatar est le plus grand investisseur arabe en Algérie, représentant 74% de tous les investissements étrangers, les deux pays partageant de nombreux mémorandums dans différents secteurs.

Industrie lourde, immobilier, tourisme, … Cet émirat de golf mise beaucoup sur l’économie algérienne, de part les potentialités qu’elle renferme.

La confiance entre Alger et Doha s’est renforcé suite au récente visite du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, au Qatar, le 20 février 2022, qui a révélé un projet commun entre les deux pays d’ouvrir une ligne maritime entre les deux pays, la première depuis l’établissement de relations entre eux.

Il faut rappeler aussi que l’Algérie faisait partie des pays qui ont refusé de suivre les traces du quatuor : Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Bahreïn et Egypte, et de certains de leurs alliés arabes de rompre les liens avec Doha.

Des hommes d’affaires qataris et algériens ont discuté des opportunités d’investissements bilatéraux dans les secteurs de l’immobilier et du tourisme lors d’une récente réunion à Alger, a rapporté l’agence de presse de l’Etat du Golfe (QNA).

Les réunions ont été suivies par l’Association des hommes d’affaires du Qatar (QBA, de l’anglais : Qatari Businessmen Association).

Parmi les responsables algériens présents aux réunions figuraient le ministre du Tourisme et de l’Artisanat Yacine Hamadi, ainsi que le ministre du l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville, Mohamed Tarek Belaribi.

Le président de QBA, Cheikh Faiçal Bin Qassim Al-Thani, a suggéré la création d’une ville touristique intégrée qui permettra l’investissement des deux pays et au-delà. Les responsables se sont penchés sur les dernières tendances en matière d’investissement dans les deux secteurs, Cheikh Faiçal pointant du doigt la montée en puissance du transfert des hôtels appartenant à l’État au secteur privé pour mieux les gérer, a précisé l’agence de presse QNA.

Hamadi a également présenté à la délégation de QBA une présentation sur les opportunités d’investissement touristique et hôtelier en Algérie. Certains des sites d’investissement potentiels comprennent la région de Msida près d’Annaba et de la frontière tunisienne, ainsi que la région de Ghar Daya, ainsi que divers autres, a révélé également le média de golf.

Le ministre du Tourisme a déclaré que les opportunités se présentent alors que les deux parties continuent de renouveler « leur volonté de renforcer et d’intensifier leurs efforts » pour développer leurs relations commerciales « d’une manière qui sert les intérêts des deux pays ».

Par ailleurs, le ministre algérien de l’Habitat a déclaré qu’une nouvelle loi sur l’investissement est à l’étude qui permettra le libre investissement des investisseurs étrangers et algériens.

« Nous avons des zones attrayantes à proximité des aéroports et des transports sont disponibles, et nous avons une nouvelle philosophie pour créer une nouvelle Algérie loin de la bureaucratie. L’objectif est de mener à bien les projets et de surmonter les obstacles », a déclaré Belaribi.

Au cours des discussions, les deux parties ont convenu de former une équipe de travail de techniciens pour étudier les projets existants.

Le Qatar est le plus grand investisseur arabe en Algérie, représentant 74% de tous les investissements étrangers, les deux pays partageant de nombreux mémorandums dans différents secteurs.

Parmi les investissements majeurs figure le projet Algerian Qatari Steel dans la zone industrielle de Bellara à Jijel, au nord-est d’Alger. Le projet de 2 milliards de dollars a une capacité de production de cinq millions de tonnes d’acier.

En février, l’émir cheikh Tamim bin Hamad Al Thani du Qatar et le président de la République Abdelmadjid Tebboune ont signé deux mémorandums et un accord sur un programme exécutif à Doha.

La signature a eu lieu lors de la visite de Tebboune au Qatar avant sa participation au sommet du Forum des pays exportateurs de gaz (GECF).

Un protocole d’accord (MoU) concernait l’établissement de consultations politiques et de coordination entre les ministères des Affaires étrangères du Qatar et de l’Algérie. D’autres ententes ont été signées dans les domaines du développement social et de la famille, de la justice et de l’éducation.

L’accord sur l’éducation est le deuxième entre les deux pays, couvrant les années académiques 2022-2025.

« L’émir et son excellence le président algérien ont également assisté à la signature du deuxième programme exécutif dans le domaine de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et technologique de l’accord de coopération éducative et scientifique entre les deux pays », lit-on dans une déclaration de l’Office de l’émirat de Qatar à l’issu de la visite.

La force des liens entre l’Algérie et le Qatar a été constatée lors de la crise du CCG en 2017, lorsqu’un blocus illégal a été imposé par l’Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis et l’Égypte.

L’Algérie faisait partie des pays qui ont refusé de suivre les traces des pays boycotteurs arabes, en refusant de rompre ses liens diplomatiques avec Doha.

Hamid Mecheri

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles