21.1 C
Alger
mardi, septembre 27, 2022

Pièces de rechange : Les concessionnaires insistent sur l’origine

Pour les concessionnaires, la décision de geler l’importation de véhicules neufs ne doit pas s’accompagner d’une interdiction d’importer des pièces de rechange d’origine. Ils précisent : «Nous aspirons que l’importation des pièces de rechange soit de l’usine mère, ou de l’usine contractant avec cette marque. Et sur la base de ce qui précède, le processus d’importation de pièces de rechange se fera en contractant avec l’usine d’origine à l’étranger selon une approbation spéciale, avec la garantie de service après-vente et la fourniture d’un service de garantie au client, ce qui permettra aux concessionnaires locaux d’obtenir des contrats pour fabriquer localement des pièces de rechange à partir de l’usine-mère.»

«Ces mesures permettront progressivement de commencer à assembler des voitures localement, et à fabriquer des pièces détachées en Algérie, de sorte que le concessionnaire automobile s’orientera progressivement et automatiquement vers une activité industrielle ou semi-industrielle liée à l’automobile», est-il développé dans la correspondance du GCA.

Sur le sujet de l’attribution des agréments qui tardent à être délivrés, les concessionnaires, réunis sous la bannière du GCA, ont rappelé qu’ils ont à deux reprises, depuis 2021, déposé des demandes d’autorisation d’importation de voitures neuves, conformément aux dispositions du décret exécutif n°20-227 relatif à la fixation des modalités d’exercice de l’activité de concessionnaires de voitures neuves, après obtention de contrats exclusifs auprès de constructeurs étrangers». «Mais nous n’avons reçu aucune réponse à ce jour», ont-ils déploré, souhaitant que le ministre tranche définitivement ce dossier «dans les meilleurs délais» en répondant «par la positive ou négative à nos demandes».

H. M.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles