23.1 C
Alger
dimanche, décembre 4, 2022

Medgaz ciblé, le torchon brûle

Par Salah Bey

La crise politique mettant aux prises Alger et Madrid ne cesse de s’approfondir en prenant une ampleur incalculable. L’Espagne, qui cherche chicane avec l’Algérie, s’enlise davantage dans la crise qui, outre les couacs politique et diplomatique, a franchi le seuil du tolérable pour toucher à d’autres secteurs économique et touristique.

Preuve en est, les agitations suspectes du gouvernement espagnole controversé, ses sorties maladroites ainsi que les « balades » médiatiques qui les accompagnent viennent mettre, certainement, de l’huile sur le feu.

L’incident d’aujourd’hui ayant touché en fin matinée le gazoduc Medgaz, reliant l’Algérie à l’Espagne vient aggraver une situation qui va crescendo vers la rupture. Si l’incident s’identifie à une mésaventure, il est synonyme d’acte de sabotage et ne prête à aucune équivoque que les relations déjà affectées, ne seront plus comme avant.

En effet, et en provoquant une suspension, quoi que momentanée, de l’approvisionnement en gaz, les Espagnoles cherchent vraisemblablement un ferme alibi pour aller vers le pourrissement de la situation et oser l’irréparable.

Cet acte gravissime s’ajoute aux dernières mesures énonçant des conditions strictes imposées sur toutes les marchandises en partance de ses ports vers l’Algérie. Il s’agit des marchandises d’origine espagnole, ou celles importées d’autres pays qui passent par les quais espagnols.

Le blocage, il y a quelques jours des voyageurs algériens à Alicante, est annonciateur d’une dégradation de la situation nourrie d’actions mal calculées de Madrid. 

Cette mesure n’affecte, au fait, pas que les membres de la diaspora algérienne qui, en temps de cherté des billets d’avions, préfère embarquer par mer pour les avantages qu’offre le fret maritime, mais aussi des opérateurs du royaume ibérique qui font des allées et retours pour exporter leurs marchandises.

Certes, les ressortissants algériens préférant voyager plus par la voie maritime pour gagner un peu d’argent sont impactés par ces mesures mais c’est l’économie espagnole qui en pâtira le plus.

Les nouvelles mesures s, appliquées depuis le 21 juillet courant ont, on ne peut mieux, pour but de serrer l’étau sur les  Algériens, toujours bloqués au port d’Alicante depuis plus de 20 jours, en représailles à la décision des autorités nationales de suspendre la coopération entre les deux pays dans le domaine touristique.

A cet esprit, la fougue de l’Espagne à réagir maladroitement la conduit inévitablement à imiter ceux qui lui dictent une mauvaise conduite mais, ils s’étaient cassés les dents en essayant.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles