30.1 C
Alger
mardi, août 16, 2022

Les conditions scolaires font jaser les partis lors de la campagne électorale

 Des formations politiques participant aux locales du 27 novembre s’engagent à oeuvrer, si elles sont élues, à l’amélioration des conditions de scolarisation dans le cycle primaire, du point de vue développement des structures éducatives et offre des moyens nécessaires à l’apprentissage et au confort des élèves.

Le parti du Front El-Moustakbal s’engage, dans le cas où ses candidats sont élus, à optimiser les conditions de scolarisation à travers « le développement des structures scolaires, la généralisation des cantines offrant des repas chauds et l’entretien des écoles primaires ».

Le Front estime, à travers son programme électoral, qu’il faudra inculquer l’éducation environnementale aux élèves en réservant des parcelles de cours aux espaces verts, en préparant les élèves à devenir de bons citoyens, et en assurant, en coordination avec les associations, l’installation des chauffages dans les salles de cours et le transport scolaire.

D’autre part, la même formation politique propose de créer des crèches relevant des communes et s’intéresser à la santé scolaire en assurant aux élèves des tests préliminaires.

De son côté, le parti du Rassemblement national démocratique (RND) a réservé, dans son programme, un aspect important à la manière idoine au développement de la performance de l’école algérienne, en se focalisant sur la réalisation d’un nombre important d’établissements dans les régions connaissant une surcharge de classes, et en s’engageant à assurer des cantines qui offrent des repas chauds.

Par ailleurs, le Mouvement El-Bina accorde un « intérêt particulier » à l’aménagement des écoles primaires, à leur entretien périodique et à la réalisation de nouvelles structures pédagogiques pour finir avec le phénomène de la surcharge.

 Le parti affirme qu’il s’attachera à « organiser le réseau du transport scolaire et généraliser ce service », ou encore assurer le bon fonctionnement des cantines, les généraliser et améliorer la qualité des repas. 

Le programme du parti prévoit, une récompense, en coordination avec les responsables et les associations des parents d’élèves, aux meilleurs élèves en reconnaissance de leurs efforts. 

De surcroît, le Mouvement de la société pour la paix (MSP) adopte la même approche, en ce sens que ses candidats s’attèleront, si toutefois élus, à améliorer les services scolaires et coordonner le travail avec les associations des parents d’élèves et le ministère de l’Education nationale, le but étant d’assurer une exploitation maximale des ressources.

Février dernier, le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire avait affirmé que ses services travaillaient dans le but de garantir les « meilleures » conditions de scolarisation pour chaque élève, dans le cadre de la mise en œuvre de l’engagement du Président de la  République, Abdelmadjid Tebboune, pour le développement du système éducatif  au niveau des 19 807 écoles primaires à travers le pays.

Le ministère de l’Intérieur a mobilisé, dans ce sens, tous ses services dans le cadre d’une « action de coordination sectorielle pour la mise en œuvre de cet engagement sur la base du plan d’action du Gouvernement, et ce au niveau de 19.807 écoles primaires à travers le pays », soulignant qu’«en 2020, il a été programmé la création de 418 nouvelles écoles, dont 351 déjà réceptionnées, avec un taux de réalisation de 84% ».

Il s’agit également d’un programme pour la réalisation de 1 462 classes, dont 1 424 réceptionnées, avec un taux de réalisation de 97%.

Les autorités concernées ont procédé à l’équipement de 74 écoles en l’énergie solaire, portant ainsi le nombre global des écoles équipées en appareils à énergie solaire à 422 écoles au niveau national.

Concernant le transport scolaire, le bilan fait état de 1 536 nouveaux bus ont été réceptionnés, portant ainsi le nombre à 15 555 bus couvrant 11 483 lignes de transport notamment dans les wilayas des Hauts-Plateaux et du Sud du pays.

Concernant les cantines scolaires, le nombre des cantines mises en service « a atteint 15 209 cantines sur un total de 15 632, soit un taux de 97%».

Le ministère a indiqué que ce taux « significatif » a été enregistré après le réaménagement et la transformation de certaines salles à l’intérieur des écoles en cantines, qui reçoivent des repas chauds des cantines centrales adjacentes, révélant que les services de restauration sont fournis à « 3 903 570 élèves, avec un taux de 77% du nombre total des élèves scolarisés qui bénéficient de repas chauds au niveau des 14 555 cantines scolaires, avec un taux de 96% des cantines ouvertes».

APS

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles