16.1 C
Alger
samedi, octobre 23, 2021

Le recours aux « sukuk » conformes à la charia à l’étude


 
Une étude sur la formule « sukuk », produits conformes à la Charia, sera
présentée, en partenariat avec le Haut Conseil Islamique (HCI), a confié le
directeur général de la Bourse d’Alger, Yazid Benmouhoub, rencontré lors de la
tenue du Forum « Rakmana »
En effet, il est devenu nécessaire pour le marché financier de proposer des, tels
que la formule « sukuk », a-t-il noté. Il dira, à ce sujet : « nous attendons, dès
que possible, les nouvelles échéances liées aux mécanismes ou finances
islamiques au niveau de la bourse d’Alger, afin d’assurer un nouveau service
aux entreprises souhaitant accéder à notre organisme financier » tout en
affirmant que la situation économique en Algérie nécessite une coopération et
une coordination avec la finance islamique et la création d’un modèle de marché
boursier islamique qui rivalise la bourse mondiale.
La bourse est la colonne vertébrale du marché financier, et le miroir qui reflète
l’image de l’activité économique du pays. Le rôle de cette institution est de
protéger l’épargne, d’encourager l’investissement et de financer les entreprises et
leurs projets.
 
Benmouhoub a révélé que son organisme offre toutes les facilités nécessaires
aux opérateurs économiques publics et privés, pour entrer dans le monde des
actions et du trading. Selon lui, il suffit à une entreprise que ses transactions
financières soient transparentes pour permettre aux investisseurs (particuliers et
institutionnels) de prendre les décisions appropriées. 
 
En outre, le directeur de la Bourse d’Alger s’est félicité de toutes les décisions
qui permettent la relance du marché financier en Algérie. À cet égard, il a
indiqué que le marché boursier a connu une baisse significative de la liquidité
bancaire, en raison des conditions économiques causées par les répercussions du
coronavirus, et de poursuivre, il est devenu nécessaire d’activer tous les
mécanismes de financement en Algérie comme la bourse, considérée parmi ceux
qui donneront l’impulsion et les ressources nécessaires aux entreprises, qu’elles
soient publiques ou privées, grandes ou émergentes ayant trois exercices
minimum. 
Dans ce contexte, le même responsable a expliqué que la Bourse d’Alger fournit
toutes les facilités nécessaires, assurant que les conditions d’inscription sont très
simples, et nous n’avons pas demandé aux entreprises privées de fournir des

garanties en nature, nous avons plutôt stipulé que les transactions soient
financièrement transparentes, a-t-il dit.
C’est en déclarant certains fonds au marché à chaque cotation, permettant aux
investisseurs de prendre les décisions appropriées. Benmouhoub a souhaité à cet
égard qu’il y aura de fortes décisions dans la loi de finances 2022, afin de
donner une impulsion supplémentaire au secteur du financement en Algérie.
Quant aux nouvelles entreprises qui vont accéder prochainement en bourse, ce
même responsable a fait savoir qu’il y aura cinq nouvelles entreprises, quatre
d’entre elles grandes et une start-up. Avant d’enchaîner, « il existe d’autres
entreprises en phase d’évaluation et de préparation de la fiche d’information,
avant de déposer le dossier définitif au niveau de l’observatoire boursier. »
 
par M.B.

Related Articles

Version PDF

Socials

146,131FansJ'aime
spot_img

Derniers articles