23.1 C
Alger
dimanche, décembre 4, 2022

La Covid-19 repart à la hausse : Le nouveau variant s’installe en Algérie

Alors que les cas de contamination à la Covid-19 sont à la hausse depuis quelques jours, un seul décès est à signaler, survenu le 22 juillet dernier. Si le bilan du 23 juillet a annoncé 72 nouveaux cas, mais sans perte humaine, ce chiffre incite néanmoins à la réflexion, ne serait-ce que par précaution et d’un point de vue préventif. En effet, cette légère hausse intervient en pleine saison estivale, il est donc du devoir des autorités algériennes d’entamer une campagne de sensibilisation, le but étant d’anticiper une quelconque aggravation de la situation sanitaire au niveau nationale. Depuis son apparition il y a de cela environ un mois, le sous variant d’Omicron, connu sous les initiales BA.5, ne cesse d’augmenter. Au début de la pandémie en Algérie, au mois de mars 2020, l’Algérie n’était pas autant touchée que certains autres Etats, mais cela n’avait pas empêché le pays de connaître quelques mois plus tard une flambée de décès. Avec du recul, nous constatons que les services sanitaires algériens ont quelque peu sous-estimé la menace, de même que les citoyens algériens, qui malgré les mesures préventives prises, un certains laisser aller a causé des dégâts en matière de pertes humaines. Ainsi, au regard des derniers bilans, y a-t-il lieu de s’inquiéter outre mesure ? L’Algérie a-t-elle appris de ses erreurs de sorte à éviter un énième boom ? Que connais-t-on du nouveau variant BA.5. ?

Un variant moins dangereux

Le sous variant BA.5 est un mutant du Coronavirus, apparu pour la première fois en Afrique du Sud en novembre 2021. Il est ensuite détecté au Portugal, avant de s’installer dans d’autres pays européens. Au mois de juin dernier, il est arrivé en Algérie. Comme ce fut le cas pour les autres variants, ce dernier affaibli beaucoup plus les personnes âgées, celles qui ne sont pas vaccinées, ainsi que les personnes atteintes de maladies chroniques. Un virus qui se propage rapidement, mais qui reste malgré tout moins dangereux que ses prédécesseurs. Pour ce qui est de ses symptômes, ils semblent identiques avec les mêmes signes cliniques que le coronavirus et ses variants, mais se différencient par des troubles du sommeil, des sueurs nocturnes, des maux de gorge, des vomissements et la diarrhée. En général, la présence du variant dans le corps est d’une durée de 10 jours, et que dans plus de 90% des cas, une hospitalisation n’est pas nécessaire, et la personne finit par guérir complètement.

Retour aux gestes barrière ?

Quoi qu’il en soit, et malgré une hausse qui n’est pas encore une source de grande inquiétude, ce sous variant est pointé du doigt par les autorités sanitaires du pays. Ce n’est donc pas une surprise de dire que l’application stricte des gestes barrières, notamment le port de masque, est nécessaire pour prévenir la propagation de ce virus. Autre paramètre incitant à prendre au sérieux une probable menace, le fait que cette dernière mutation peur rendre les vaccins actuels moins efficaces, ce qui poussera certainement le gouvernement à dicter une nouvelle campagne de vaccination partout dans le pays. En parallèle de cette crainte grandissante affichée par les observateurs et services sanitaires du pays, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a elle-même déclenché samedi dernier son plus haut niveau d’alerte, en raison de la flambée de variole du singe, qui selon les dernières statistiques, aurait touché près de 17.000 personnes dans 74 pays. Depuis mars 2020, l’Algérie a enregistré un bilan total de 266.772 contaminations, 6.876 décès et 178.987 guérisons.

H.S.A.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles