Accueil A la Une Instabilités régionale et sécurité nationale : L’ANP, engagée et déterminée

Instabilités régionale et sécurité nationale : L’ANP, engagée et déterminée

0
Instabilités régionale et sécurité nationale : L’ANP, engagée et déterminée

Par : Hamid Si Ahmed

De tous temps, l’Algérie n’a ménagé aucun effort pour se protéger des potentielles « attaques », extérieures, qui se traduisent par le crime et le trafic sous toutes leurs formes. Espace désertique entouré d’États instables, le pays est engagé dans plusieurs actions et opérations de protection du territoire national et de soutien à la stabilité des zones frontalières.

L’Algérie partage ses frontières avec pas moins de 7 pays voisins, ce qui explique qu’elle a toujours été l’objet de convoitises, menant généralement à des crises d’instabilité. Certaines de ses frontières sont devenues de véritables poudrières, ce qui constitue une véritable menace sur la sécurité intérieure du pays. Depuis la vague de soulèvements populaires de 2011 et ses conséquences sur le Sahel, à savoir le trafic d’armes à grande échelle, plusieurs États de la région se sont retrouvés lourdement armés. D’où cette source d’inquiétude grandissante qui pèse désormais sur la souveraineté de l’Algérie, face à la menace des groupes extrémistes, du trafic d’armes, du trafic de drogue et de l’immigration clandestine. Face à cette situation, renforcer la cohésion nationale pour protéger la sécurité nationale des menaces existantes est plus que jamais pressant, afin de faire avorter les plans qui ciblent l’unité nationale.

La région sahélo-saharienne est devenue ainsi la plaque tournante du banditisme, du crime organisé, des narcotrafiquants et des différents cartels, un espace incontrôlable et prospère pour toutes sortes de trafic. C’est en somme ce qui a favorisé l’évolution du crime organisé et des groupes terroristes qui se sont implantés au fil des années, tels AQMI, Boko Haram, MUJAO et Daech. Dans une conjoncture marquée de plus en plus par les prises d’otages, les demandes de rançons, le mouvement des migrants, le trafic d’armes, de cigarettes, de carburant et de bétail, l’Algérie est devenue un pays de transit pour l’illégalité et la clandestinité.

Nouvelle dimension géopolitique

L’ascension progressive du nouvel ordre mondial et les nouvelles données économiques internationales ont imposé à l’Algérie de revoir ses relations extérieures, notamment avec ses voisins du Maghreb et de l’Afrique du Nord. L’apparition de nouveaux conflits opposant les différents État des régions sub sahariennes et Sahéliennes à des groupes terroristes a entraîné de nouveaux risques sur la sécurité nationale. Notamment les visées expansionnistes de certains États et les conséquences de la guerre en Ukraine. A cet égard, une mise en garde est de mise contre les menaces et les dangers qui guettent désormais le territoire national. Une nouvelle dimension géopolitique incluant les défis médiatiques, l’instabilité politique, économique et sécuritaire.

Durant les derniers mois, la menace des forces djihadistes continue de s’abattre sur le Sahel. Tout récemment, 7 camionneurs algériens ont été victimes d’attaques par des groupes armés au Mali. Au mois de juin dernier, les forces maliennes ont lancé une offensive dans le but de reprendre une ville frontalière du Niger, et durant la semaine écoulée, la force internationale Barkhane est présente en force au Niger, un pays en passe de devenir le nouveau centre des opérations anti-jihadistes. A l’Ouest, la normalisation du régime marocain, et au Nord, l’instabilité des relations diplomatiques avec l’Espagne, sont autant de signes révélateurs du devoir de vigilance de l’État algérien à l’égard des menaces régionales.

Selon les observateurs, cette conjoncture avantagera plusieurs forces qui visent à s’ingérer dans les affaires internes du pays. Des sphères qui tentent d’instaurer dans le pays un climat de guerre permanent, des cercles hostiles à la souveraineté de l’Algérie, qui n’ont pour objectif que de déstabiliser l’Algérie sur le plan politique, économique et sécuritaire. Des manœuvres qui ont connu échec sur échec, grâce à la mobilisation de tout un peuple et la vigilance de l’Armée algérienne.

L’ANP, levier de la souveraineté nationale

Véritable levier pour renforcer la sécurité des frontières et contenir la grande criminalité et le terrorisme, l’ANP se veut une armée en puissance et patriote. 31ème puissance militaire mondiale et troisième d’Afrique, selon le classement 2022 du Global Fire Power, elle ambitionne de mettre en œuvre une dynamique de rassemblement, de conjugaison des efforts des citoyens et des institutions, afin de contrecarrer toutes ces menaces, servir l’Algérie et son intérêt suprême et préserver sa sécurité et sa stabilité. Une stratégie soutenue par le Président Abdelmadjid Tebboun, dans le rôle de rassembleur national, dans le but de se mettre au diapason des évolutions qui interviennent à travers le monde et à travers la consolidation des forces armées.

Mardi dernier, un défilé militaire impressionnant, qui s’est traduit par une véritable communion et fraternité entre le peuple et son armée, sous la supervision du Général Saïd Chanegriha et du président Abdelmadjid Tebboune pour célébrer le 60ème anniversaire de l’indépendance, n’a pas laissé indifférents l’opinion publique et internationale. En exhibant du matériel russe de dernière génération et des équipements militaires importants, aux yeux des occidentaux, cette attitude commence à poser de réelles questions stratégiques et tactiques.

Durant un discours qu’il avait tenu lors d’une cérémonie en l’honneur des cadres et personnels de l’ANP ayant participé au défilé militaire organisé à l’occasion de la célébration du 60ème anniversaire de l’Indépendance, le Général d’Armée Saïd Chanegriha, Chef d’Etat-Major de l’ANP, a exprimé ouvertement les préoccupations omniprésentes de l’ANP. « L’Armée Nationale Populaire est exclusivement voué à la défense de l’Algérie, à la sauvegarde de ses frontières et la préservation de sa souveraineté nationale, mais aussi à contribuer à asseoir la paix et la stabilité dans le monde sous l’égide des Nations Unies. A cet égard, l’Algérie exprime clairement sa volonté et sa détermination à tenir un rôle pivot sur la scène régionale et internationale, et ce, dans le cadre du droit international ». Un message clair qui se conjugue avec les dernières performances de nos différentes forces armées, et qui en dit long sur le rôle de l’ANP dans la défense nationale.

Un bilan très positif au premier semestre 2022

Selon le bilan opérationnel de l’ANP durant le 1er semestre de l’année 2022, l’armée algérienne a neutralisé 23 terroristes et a réussi à récupérer 31 kalachnikovs et 263 fusils de différents types, sans compter des pistolets automatiques, des RPG 7, des obus et des balles. Durant la même période, les forces armées algériennes ont découvert pas moins de 51 casemates et 47 bombes de fabrication artisanale. Par ailleurs et dans sa lutte contre le trafic de drogue, le ministère de la Défense nationale a indiqué dans son communiqué que 945 narcotrafiquants ont été arrêtés, et que d’énormes quantités de kif traité s’élevant à 288.6 quintaux ont été saisis, ainsi que la saisie de 1.848 kilogramme de cocaïne et 5084062 comprimés psychotropes. Dans le cadre de sa lutte contre l’immigration clandestine, un total de 4735 immigrants clandestins de différentes nationalités ont été arrêtés au premier semestre de l’année en cours. Quant au trafic en tous genres, un total de 128859 unités de boissons ont été saisies durant le premier semestre 2022, ainsi que 2356 moyens de liaison, 530 véhicules et 739 quintaux de tabac.

En déployant ses moyens humains et matériels, l’Armée Nationale Populaire a montré toute sa loyauté et sa disposition à fournir les efforts essentiels à la protection du pays, ses citoyens et ses institutions. Au terme d’un premier semestre 2022 riche en événements politico-stratégiques, l’Algérie a réussi à se réaffirmer dans ce nouvel ordre international en pleine mutation et confirmer l’image d’un Etat souverain.

H.S.A.