18.1 C
Alger
dimanche, mai 28, 2023

Importation de bananes Zitouni annonce l’établissement d’un nouveau cahier des charges

Désormais, l’importation de bananes sera soumise à de nouvelles mesures fixées par un nouveau cahier des charges, et ce, afin de réorganiser le marché local de ce fruit tropical. C’est ce qui ressort de la réunion du ministre du Commerce, Tayeb Zitouni, avec les importateurs de bananes.

Cette rencontre, tenue jeudi au siège du ministère, s’est déroulée sous la présidence du ministre du Commerce et la Promotion des exportations, Tayeb Zitouni, en présence du Secrétaire général du ministère de l’Agriculture et du Développement rural et des opérateurs économiques activant dans ce domaine.

Lors de cette réunion, le premier responsable du secteur du Commerce a fait savoir que les nouvelles mesures d’importation de ce fruit seront fixées par une «nouveau cahier des charges». A ce propos, Tayeb Zitouni a précisé que les documents de domiciliation bancaire d’importation de bananes devraient répondre aux mesure fixées par ce dernier, et ce, poursuit le ministre, en vue de baisser le prix et assurer la disponibilité de ce produit, a fait savoir un communiqué du ministère.

M. Zitouni a souligné que «la délivrance de la domiciliation bancaire d’importation de bananes sera accordée en fonction des clauses du nouveau cahier des charges qui visent la baisse du prix et la disponibilité de ce produit tout au long de l’année sur le marché national».

Selon la même source, cette décision intervient dans le cadre «de la réorganisation du marché de la banane en Algérie à travers l’encadrement de l’importation de ce produit, suite à la flambée de son prix sur le marché national».

Aussi, le ministre Zitouni a ordonné l’application de la loi contre toute personne impliquée dans le stockage de ce produit aux fins de spéculation, ajoute le communiqué.

Marché des produits de base au menu de la réunion de l’UGCAA

L’approvisionnement du marché local en produits de base constituera l’essentiel de l’objet de la réunion des membres de l’Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA), organisée aujourd’hui au siège du ministère du Commerce et de la Promotion des exportations (MCPE), selon nos confrères de «Lapatrienews».

A l’ordre du jour de cette rencontre, l’étude de l’état d’approvisionnement du marché local pendant le mois de carême, en plus de la flambée des prix des oignons et la distribution des viandes rouges importées.

Pour rappel, l’Association de protection et d’orientation du consommateur et son environnement (Apoce) a insisté sur la nécessité de mettre un terme à la commercialisation de viande qui ne porte pas le cachet des services vétérinaires nationaux.

Selon un communiqué de l’Apoce, les viandes, rouges notamment, devraient avoir des cachets définissant les catégories, à savoir un cachet de couleur verte pour la viande d’agneau, tandis que la couleur rouge doit accompagner la viande de chèvre. En ce qui concerne le troisième cachet, de couleur violette, l’Association a expliqué qu’il est est attribué à la viande de brebis abattue dans des cas particuliers.

Par ailleurs, l’Apoce a précisé que les opérations d’abattage illégal sans contrôle vétérinaire font courir à la personne qui pratique ce genre de commerce  des poursuites, ce qui implique l’émission d’un procès-verbal  et sa présentation devant la justice.

Au début de l’année 2023, l’Algérie a décidé de s’appuyer sur cinq pays pour s’approvisionner en viandes rouges, notamment en prévision du mois de Ramadhan.

Le Président-directeur général de l’Agence nationale chargée de l’importation des viandes rouges (Alviar), Lamine Derradji, a indiqué que des conventions sanitaires ont été signées pour la première fois avec l’Inde, l’Argentine, la Pologne, le Soudan et le Brésil afin d’importer des viandes rouges.

Auparavant, le premier responsable d’Alviar avait précisé dans des déclarations à la radio nationale que son agence fournira 50% de la consommation locale en viandes rouges durant le mois de Ramadhan à des prix ne dépassant pas les 1200 DA/kg. Cela, avait-il indiqué, afin de réduire et mettre un terme à la spéculation dans ce secteur. L’intervenant a affirmé qu’Alviar a signé des conventions avec 12 sociétés nationales de distribution. Cela, explique le PDG d’Alviar, permettra de couvrir de différentes wilayas à travers 1100 points de vente.

I.K

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles