22.1 C
Alger
mercredi, septembre 28, 2022

IDE : L’Algérie a attiré moins d’un milliard de dollars en 2021

L’Algérie a attiré moins d’Investissements directs étrangers (IDE) en 2021, selon le rapport de la Conférences des nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced) sur les investissements dans le monde durant l’année dernière, publié le 9 juin 2022. En effet, le flux des IDE vers l’Algérie l’année dernière a atteint 870 millions contre 1,14 milliards de dollars en 2020, année marquée par la propagation de la pandémie de la Covid-19.

Cependant, selon le rapport de la Cnuced, à l’exception du Maroc, qui a vu le flux des IDE augmenter en passant de 1,4 milliards de dollars en 2020 à 2,1 milliards de dollars, la plupart des autres pays de l’Afrique du Nord ont vu leurs flux des IDE baissé en 2021. Ainsi, pour l’Egypte, le flux des Investissements directs étrangers est passé de 5,8 milliards de dollars en 2020 à 5,1 milliards USD l’année dernière, soit une baisse de 12%. Malgré cette baisse, l’Egypte est restée est le deuxième plus grand bénéficiaire d’IDE en Afrique. Le flux des IDE vers la Tunisie est quant à lui resté stable avec 660 millions de dollars en 2021 et 652 millions en 2020.

La région de l’Afrique du Nord est la seule du continent africain à enregistrer une baisse de 5 % des IDE l’année dernière. La région a attiré 9,3 milliards de dollars d’IDE en 2021 contre 9,8 milliards USD l’année d’avant.

L’Afrique australe est la région africaine qui a attiré le plus d’IDE en 2021, avec 42 milliards de dollars. Elle est suivie de l’Afrique de l’ouest avec 14 milliards de dollars d’IDE, soit une hausse de 48%. L’Afrique de l’est a attiré 8,2 milliards de dollars d’IDE, soit une hausse de 35%, tandis que les flux d’IDE vers l’Afrique centrale se sont stabilisés à 9,4 milliards.

Les IDE vers l’Afrique ont atteint un record

Selon le rapport de la Cnuced, les flux des IDE vers l’Afrique ont atteint un record en 2021, avec 83 milliards de dollars. C’est plus du double du total enregistré en 2020, alors que la pandémie de COVID-19 a pesé lourdement sur les flux d’investissement vers le continent. « Malgré cette forte croissance, les flux d’investissement vers l’Afrique n’ont représenté que 5,2 % des IDE mondiaux, contre 4,1 % en 2020 », note le rapport, expliquant que « la plupart des pays d’Afrique ont connu une hausse modérée des IDE en 2021. En effet, il est à noter qu’environ 45 % du total est lié à une transaction financière intra-entreprise en Afrique du Sud. » Selon la même source, les plus gros détenteurs d’actifs étrangers en Afrique sont restés européens, avec en tête les investisseurs du Royaume-Uni (65 milliards de dollars) et de la France (60 milliards de dollars). Les investissements nouveaux sont restés faibles mais les projets dans les énergies renouvelables ont augmenté sur le continent africain. « Malgré la tendance globalement positive des IDE sur le continent, le total des annonces de projets nouveaux est resté faible, à 39 milliards de dollars, ne montrant qu’une modeste reprise par rapport aux 32 milliards de dollars enregistrés en 2020 – et bien en dessous des 77 milliards de dollars enregistrés en 2019 », indique le rapport, qui ajoute : « Parallèlement, le nombre de projets internationaux dans le domaine des énergies renouvelables en Afrique a grimpé à 71 – soit près du double des 36 enregistrés en 2011. »

R.N.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles