21.1 C
Alger
dimanche, décembre 4, 2022

Historique des taux de réussite au BAC : En nette évolution depuis 2015

Avant les années 2000, le taux de réussite au bac était assez bas et ne dépassait pas les 20%, en raison notamment de plusieurs facteurs, comme les événements politiques et les différentes décisions prises au niveau du système de l’éducation, notamment la mise en application de plusieurs ordonnances. Il a fallu attendre 2003, avec l’avènement du nouveau système éducatif et l’introduction du système LMD en 2004, pour voir les résultats du BAC augmenter d’une manière significative. Néanmoins, vers 2015, le taux de réussite a connu un meilleur résultat (51.36%), étant l’année de la première promotion de la réforme du système éducatif. Certes, avant 2015, plusieurs sessions ont enregistré des taux élevés, allant de 32% à 60%, mais ce n’est que vers cette année que les taux de réussite ont connu une certaine stabilisation.

En effet, ces taux étaient de 56.07% en 2017, de 55.88% en 2018, de 54.56 en 2019, et de 55.30% en 2020. La session de 2021 a connu une hausse , avant de descendre à 58.75 en 2022. Ainsi, il est utile de mentionner que le taux le plus faible depuis l’indépendance en 1962, a été enregistré en 1993, soit 10.45%, et que le plus élevé a été recensé en 2011, soit 62.45%. Au vu de ces statistiques, force est de constater que ces chiffres ont toujours dépendu de la situation politique et socio-économique du pays, ainsi que des différentes réformes qu’ont connu les différents Ministères de l’éducation qui se sont succédé. Des situations marquées depuis 2019 par les bouleversements liés à la crise sanitaire, où le système de l’enseignement a été complètement perturbé par le Covid-19. Des conditions anormales que ce soit au niveau des cours ou bien des différentes épreuves annuelles. Les critères de passage ont été d’ailleurs plus cléments durant cette période, à savoir 9.5, un seuil qui a suscité vives polémiques dans les milieux de l’enseignement. Maintenant, étant donné que la situation pandémique n’est plus la même, on s’attend à ce que le Ministère de l’éducation durcisse ses conditions de passage à l’université et que le barème des réussites sera forcément plus sévère.

Hamid Si Ahmed

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles