23.1 C
Alger
dimanche, décembre 4, 2022

Faillite générale !

Par Salah Bey

Ne faut-il pas donner raison aux pouvoirs publics de suspendre les réseaux sociaux (FB, Instagram,  Messenger, Viber, WhatsApp …) le temps d’un examen national ?
La question fâche tant le net est désormais adopté tel un outil vital non seulement un mode de vie mais, en attendant d’autres moyens dissuasifs face à la préméditation de tricher, il y est opposée cette coupure de la connexion internet partout dans le pays pour freiner le flux de la fraude qui se généralise.
Comment ne pas manifester son soutien à cette décision dans un pays où la triche est devenue, par complicité générale, un sport national. Pire : une mœurs dégradante. Jugeons-en. 
Des millions de foyers sont raccordés au réseau électrique sans passer par les compteurs enfonçant la Sonelgaz, fleuron énergétique national, dans les méandres d’un déficit abyssal, voire une faillite certaine. 
Des dizaines de milliers d’Algériens possédant, en leurs noms et aux noms de leurs conjoints ou descendants, plusieurs logements acquis sous différentes formules (LSP, LPA, AADL, LPL, SOCIAL,,,). 
Oui, des milliers de logements sociaux ont changé de titres et vendus en deuxième main une fois acquis à une tierce personne dans l’ultime besoin !
Le trafic des certificats de scolarité, connu de tous, est une pratique courante. Des diplômes se vendent aussi  comme des pains d’orges. Des dossiers blindés pour les demandes de visas, se vendent au su et au vu de toutes et de tous. Le pass vaccinal se monnaye également chez les épiciers du coin. 
L’arnaque à l’ANSEJ et aux différents organismes d’aide aux jeunes, s’est mue en une fierté nationale. Parallèlement des millions d’Agériens dont des universitaires, des journalistes, et autres intellectuels échappent au service national par la grâce de faux dossiers médicaux.
L’UFC (Université de la Formation Continue) vend des diplômes. Des écoles privées vendent les notes. Des profs marchandent concomitamment les cours sous couvert de soutien scolaire. 
Des milliers d’avocats sont détenteurs de diplômes de l’UFC, sans avoir sué. Idem pour des pans de notaires et de hauts fonctionnaires. 
Les faux moudjahine et faux magistrats est un dossier brulant depuis les premières années post-indépendance. En finalité tout le monde aiment jouer, chacun selon le besoin, à la triche
Prenons donc notre mal en patience et oublions, le temps d’un examen crucial, FB  et ses frères. Nos commentaires et nos publications peuvent attendre. Le baccalauréat, lui, Non. Ne mérite-t-il pas ce sacrifice ?
Bref, il sied de dire : si des élèves trichent c’est l’échec de leur éducation parentale. Mais lorsque l’ensemble des élèves sont  suspectés comme des tricheurs potentiels, là, c’est un signe qui ne trompe pas : tout le système éducatif national est en faillite !

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles