28.1 C
Alger
jeudi, septembre 29, 2022

Entorse européenne !

Par Salah Bey

Se mêler en tant que communauté dans la crise entre l’Algérie et l’Espagne sous la clause « les relations bilatérales des pays tiers avec les différents États membres de l’UE font partie de leurs relations avec l’UE », c’est commettre une grave entorse diplomatique envers un partenaire fiable.

Si l’UE s’est dite « prête à s’opposer à tout type de mesures coercitives appliquées contre un État membre », c’est se mettre en opposition du droit algérien légitime et provoquer l’irréparable quant à l’avenir des relations Algérie-UE.

L’Europe entière connaît, désormais, l’inconséquence d’une souveraineté sélective dirigée contre l’Algérie juste parce que celle-ci a pris ses responsabilités en tant que pays observateur dans le conflit maroco-sahraoui où le peuple a combattu l’Espagne coloniale pour recouvrer sa liberté.

Le retournement de l’Espagne sur la question obéit à la même logique du Makhzen qui vend frauduleusement le gaz aux mêmes clients du Maroc dont la France.

Ce jeu de détourner une marchandise sous contrat à des pays tiers est une violation flagrante des accords en vigueur entre les deux pays d’où la décision algérienne de suspendre l’Accord d’amitié et de coopération d’avec le royaume ibérique devenu, aujourd’hui, irrespectueux des clauses du bon voisinage.

La décision de l’Algérien qui ne devrait pas, outre mesure, ameuter les alliées européens de l’Espagne suite à une plainte justifiant l’injustifiable. Au-delà de la réaction hâtive de l’UE, toutes autres options en dehors du respect des engagements bilatéraux et ceux pris avec l’Union européenne sont nulles et non avenues.

Décidée à user de tous les moyens légaux pour défendre ses intérêts et ses principes, l’Algérie n’a pas pour habitude de reculer devant ses droits.

Et si l’Europe unie, se dit garante d’une certaine justice elle doit veiller à l’amélioration des relations entre pays et partant avec l’Union.

On imagine mal l’UE, se liguer avec l’Espagne contre l’Algérie par crainte de se voir enlisée dans un conflit qui exige neutralité positive et non menacer l’Algérie parce que l’Espagne en est un membre.

A travers une attitude, pour le moins partiale et insultante, l’UE a enfoncé le clou en se mettant véritablement en porte- à faux, vis- à- vis des intérêts de l’Europe en quête d’une solution à la crise énergétique au lieu de souffler sur le feu qu’attise Pedro Sanchèz contre tout le monde.

Il n’existe aucune autre alternative en dehors du retour à la situation d’avant le reniement du gouvernement espagnol. Et, n’en déplaise à ses alliés européens, l’Algérie est déterminée à ne pas reculer…

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles