21.1 C
Alger
dimanche, décembre 4, 2022

D’ici 2035 : La Zlecaf génère plus de 500 milliards USD

Par : Maria B.

La mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) pourrait générer des revenus atteignant les 571 milliards de dollars par an, soit une augmentation de 9% et fait sortir plus de 50 millions de personnes de l’extrême pauvreté d’ici à 2035, indique une étude de la Banque mondiale. Intitulée «Tirer le meilleur parti de la Zone de libre-échange continentale africaine: tirer profit du commerce et de l’investissement direct étranger pour stimuler la croissance et réduire la pauvreté». L’étude rappelle que les prévisions prévues en 2020 étaient de l’ordre de 450 milliards de dollars (7%) qui pourront être générés grâce à la mise en œuvre de la Zlecaf. Le nouveau rapport, réalisé en partenariat avec le secrétariat de la Zlecaf, souligne que les avantages supplémentaires seront stimulés par l’augmentation des investissements directs étrangers (IDE), intracontinentaux et extérieurs.

La Zone de libre-échange continentale africaine pourrait apporter des avantages économiques et sociaux importants pour la région, en permettant d’augmenter les revenus, de réduire la pauvreté et d’accélérer la croissance économique, selon un nouveau rapport de la Banque mondiale réalisé en partenariat avec le Secrétariat de la ZLECAf. Une fois entièrement mis en œuvre pour harmoniser les règles d’investissement et de concurrence. Il permettrait de créer près de 18 millions d’emplois supplémentaires, dont beaucoup seraient mieux rémunérés et de meilleure qualité, les femmes bénéficiant des avantages les plus importants.

« La ZLECAf arrive à un moment critique où la coopération régionale est nécessaire pour faire face aux risques aggravés et renforcer la résilience des chaînes d’approvisionnement, afin de soutenir une croissance verte, résiliente et inclusive en Afrique », a déclaré Mari Pangestu, directrice générale en charge des politiques de développement et des partenariats à la Banque mondiale. « Il appartient maintenant aux États membres de conjuguer leurs efforts pour faire de la ZLECAf une réalité et bénéficier de ses nombreux avantages, particulièrement de réduire les obstacles au commerce et à l’investissement, de renforcer la concurrence et de veiller à ce que les marchés fonctionnent de manière équitable et efficace grâce à des règles claires et prévisibles ». Le rapport examine deux scénarios afin d’évaluer les avantages pour un marché de plus de 1,3 milliard de personnes avec un PIB combiné de 3,4 trillions de dollars. Les principales conclusions indiquent que la ZLECAf a le potentiel d’encourager les investissements directs étrangers nécessaires pour que l’Afrique se diversifie dans de nouvelles industries, telles que l’agroalimentaire, l’industrie manufacturière et les services, et de réduire la vulnérabilité de la région aux cycles d’expansion et de ralentissement des produits de base. Une intégration plus profonde, au-delà du commerce et des mesures de facilitation des échanges, qui harmonise les politiques en matière d’investissement, de concurrence, de commerce électronique et de droits de propriété intellectuelle, pourrait stimuler l’efficacité et la compétitivité du marché, réduire les risques réglementaires et attirer encore plus d’investissements directs étrangers. D’ici 2035, cette intégration augmenterait les revenus de 9 %, soit 571 milliards de dollars, et permettrait de créer 18 millions de nouveaux emplois, 2,5 % des travailleurs du continent se dirigeant vers de nouvelles industries. Cela permettrait de porter à 50 millions le nombre de personnes sortant de l’extrême pauvreté. Selon le rapport, l’augmentation des IDE pourrait faire croître les exportations africaines jusqu’à 32 % d’ici 2035, avec une augmentation de 109 % des exportations intra-africaines, notamment dans les secteurs des produits manufacturés. Tous les pays d’Afrique verront leurs exportations intra-africaines augmenter, notamment la Tunisie (165 %), le Cameroun (144 %), le Ghana (132 %), la Tanzanie (126 %) et l’Afrique du Sud (61 %).

M.B.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles