23.1 C
Alger
jeudi, juin 30, 2022

Coupure d’Internet durant les épreuves du BAC : Face à l’impact sur l’économie, des appels pour trouver des alternatives

Par : Hamid Mechri

Les Autorités publiques ont restreint l’accès à Internet et les différents réseaux sociaux pendant cette semaine pour lutter contre la triche lors des épreuves de baccalauréat, mais cette mesure drastique suscite de mécontentement des citoyens, notamment en raison de ses conséquences économiques. Depuis 2016, l’Algérie recourt au coupure d’Internet pendant ces examens, après que des sujets de ces épreuves aient été divulgués et publiés sur les réseaux sociaux avant qu’ils n’aient lieu.

À l’époque, les autorités ont partiellement annulé et réorganisé les examens du BAC en raison des fuites. Toutefois, les internautes sur les réseaux sociaux ont estimé que les autorités n’avaient pas pris en compte les intérêts des citoyens et des entreprises locales et étrangères opérant dans le pays, pour lesquelles Internet est devenu l’outil indispensable de leur travail. Certains experts économiques considèrent que les autorités auraient pu éviter de recourir à ce type de solution extrême, ajoutant qu’en lieu de continuer à imprimer des copies d’examen à Alger et les transporter par avion ou par bus vers d’autres wilayas, avec toutes les contraintes et les coûts que cela implique, tout cela pourrait être résolu avec les moyens qu’offre la numérisation. Le recours des autorités algériennes à couper Internet a suscité l’agacement des citoyens sur les réseaux sociaux, alors que d’autres ont proposé des solutions alternatives. La plupart des entreprises qui dépendent de leurs activités sur Internet, telles que les compagnies de taxi en VTC, le e-commerce et la formation et enseignement en ligne, sans oublier les banques, ont été touchées. D’aucuns estiment qu’aujourd’hui, internet et les réseaux sociaux ne sont plus un moyens de loisirs, mais un outil essentiel dans la vie moderne des citoyens et des entreprises économiques. Ainsi, la coupure de flux d’Internet pour une journée est source de beaucoup de pertes pour ces entreprises, de fait que beaucoup de leurs services en dépendent, sans oublier que les réseaux sociaux constituent le moyen privilégié de communication entre les dirigeants, managers et clients de ces entreprises. Par exemple, l’arrêt des applications de VTC (voiture avec chauffeur) paralysera les déplacements de beaucoup de gens, notamment dans les grandes agglomérations et la capitale Alger, où souvent il est difficile de trouver un taxi acceptant de te transporter dans la destination désirée, notamment en fins de journée et sur les axes en congestion. En outre, le commerce sur internet, qui constitue un échappatoire pour de nombreux jeunes en chômage et foyers sans revenus, ou même pour certains travailleurs et entreprises pour optimiser leur croissance, sera durement pénalisé et des opportunités avec des sommes importantes en argent volatilisées. Même si personne ne peut estimer les chiffres des pertes exactes, mais on peut dire que le pays a perdu des millions de dollars : supposons seulement si la Bourse d’Alger était un important marché de capitalisation financière avec des centaines d’entreprises cotées, nous étions alors assisté à un effondrement des actions de ces entreprises et même la faillite de leurs investisseurs de fait de chute de leur valeur. Pour pallier à ce problème, le président de l’organisation de protection des consommateurs (APOCE), Mustapha Zebdi, a appelé à une solution alternative au blocage des sites et réseaux sociaux pendant la période des examens du baccalauréat. Zebdi a fait savoir que des membres de son organisation ont rencontré il y a quelques jours l’administration d’Algérie Télécom et ont discuté avec eux des mesures prises lors de l’examen du baccalauréat. « Ils nous ont dit que AT maintiendrait le flux et la navigation pour les abonnements d’entreprise, tout en réduisant les blocages au niveau de certains sites de partage pour les abonnements des particuliers », a-t-il confié aujourd’hui à des médias.

Le responsable associatif a souligné que le blocage partiel des sites Web via Internet est injustifié et résulte d’accumulations antérieures par l’exploitation d’Internet pour miner la crédibilité d’examen le plus important qui est le baccalauréat.

Il a estimé toutefois que la crédibilité des examens et le déroulement normal des épreuves du baccalauréat constituent un défi qui doit être consacré et que des mesures appropriées doivent être prises, appelant à des études de propositions alternatives et à leur réalisation au cours de la prochaine saison, y compris l’utilisation d’outils de brouillage à l’intérieur des centres et salles d’examen.

H.M.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles