30.1 C
Alger
mardi, août 16, 2022

Construction automobile : L’Algérie s’intéresse à la technologie

Par : Maria B.

L’Algérie poursuit ses efforts, dans le but de convaincre certaines entreprises internationales actives dans le domaine de l’industrie automobile, d’ouvrir et de lancer localement de véritables usines, à travers le transfert de technologie et le développement de la manutention industrielle.

D’après les révélations du directeur général du développement de l’industrie au ministère de l’Industrie, Salem Ahmed Zaid, les services du ministère visent, dans ses consultations avec les constructeurs automobiles mondiaux, à réaliser un véritable transfert technologique vers l’industrie locale, au lieu de s’appuyer sur le montage.

Ce responsable explique que le taux d’intégration dans l’industrie automobile en Algérie sera calculé à l’avenir sur une base réelle, en fonction du pourcentage de pièces détachées fabriquées localement. « Dans le passé, le taux d’intégration était calculé sur une base financière, et cela est inefficace, compte tenu de l’évolution de la valeur de la monnaie nationale. » A cet effet, le directeur général du développement de l’industrie au ministère de l’Industrie a également ajouté que « le secteur de l’industrie accorde une grande importance aux activités de manutention, lors du lancement de la production des véhicules en Algérie » Salem Zaid a souligné que tous les investisseurs dans la fabrication seront obligés de travailler avec des entreprises de manutention locale pour leur fournir des pièces de rechange. En sus, il a indiqué que « l’Algérie accorde une grande importance à attirer les véritables fabricants des véhicules de marques internationales afin d’investir dans les industries mécaniques, notamment dans les wilayas connues pour les industries automobiles et mécaniques comme Oran et Constantine. »

Dans un autre contexte, le même responsable dira que « l’avenir de l’industrie en Algérie est prometteur, à travers une nouvelle vision qui repose sur la valorisation des ressources nationales et locales, ainsi que sur les efforts concertés de tous pour atteindre les objectifs fixés, et d’accompagner tous les constructeurs industriels qu’ils soient publics ou privés. »

Salem Ahmed Ziad a révélé que le ministère de l’Industrie a la tendance à créer des commissions sectorielles, supervisées par le ministre de l’Industrie Ahmed Zeghdar, pour entreprendre la rédaction des contrats programmes selon chaque branche industrielle de manière participative, où quatre commissions ont été mises en place qui contribuent efficacement à augmenter la production nationale de brut.

En plus de cela, le directeur général du développement de l’industrie au ministère de l’Industrie a déclaré que le ministère cherche à valoriser les ressources primaires nationales locales, à se passer de l’importation et à s’orienter vers l’exportation des matières excédentaires, car l’Algérie est obligée de développer les industries agro-alimentaires et transformer des matières agricoles en matières agro-industrielles. Salem Ahmed Zaid estime que les industries sur lesquelles il faut miser pour éliminer le chômage et développer les compétences sont l’industrie textile et l’industrie agro-alimentaire, en raison de leur dépendance à la main-d’œuvre, contrairement aux industries mécaniques, et l’industrie automobile qui dépend du système robotique.

M.B.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles