5.1 C
Alger
jeudi, janvier 20, 2022

Beaucoup d’Algériens se méfient encore de la vaccination anti-Covid-19

Hamid Mecheri

Des centres de vaccination vides, des stocks de doses de vaccins qui ne trouvent pas preneurs, alors que leur date de péremption s’approche… Il est triste de constater que la campagne de vaccination contre la Covid-19 ne suscite pas le même intérêt qu’en juillet, au summum du pic de la troisième vague et les citoyens devaient faire la chaîne et patienter longuement avant de pouvoir de se faire vacciner.

À constater les comportements de relâchement dans les lieux publics, les Algériens ne sont guère conscients du danger mortel que fait peser la pandémie sur eux, leurs familles et autres proches.

Il est à relever que ceux qui ont reçu les deux doses du vaccin hésitent maintenant pour la troisième dose.

La demande de recevoir la troisième dose du vaccin anti-coronavirus dans de nombreuses wilayas est encore insignifiant, malgré les appels lancés par les médecins et les spécialistes aux citoyens pour éviter les complications du coronavirus. Ceci, alors que les craintes sont partagées quand à une éventuelle quatrième vague, qui, selon les médecins, pourrait être plus dangereuse en termes de propagation de l’infection et de vitesse de transmission du virus. 

Les chiffres enregistrés quotidiennement par les services de l’établissement public de la santé de proximité (EPSP) de Guelma ont révélé que les citoyens qui ont reçu les première et deuxième doses n’étaient pas intéressés par la troisième dose, puisque depuis le lancement de l’opération, seulement 70 personnes se sont inscrites à cet effet.

Le Dr Salah Amirouche, médecin coordonnateur de cet établissement, a expliqué sur les ondes de la Radio nationale «la nécessité» pour les citoyens de recevoir le vaccin pour obtenir une immunité collective en prévision de la quatrième vague de l’épidémie de Covid-19, ajoutant que la troisième dose est plus sûre pour l’individu qui a reçu la deuxième dose.

La période entre ces deux doses est de 6 mois, et il est souhaitable que le type de vaccin soit différent entre la deuxième et la troisième dose, en soulignant de revenir rapidement pour respecter les procédures stipulées dans le protocole sanitaire, pour éviter l’infection par le virus après le regain des contaminations enregistrées. Il a souligné que les unités sanitaires de la wilaya de Guelma ont enregistré, après la stabilisation de la situation épidémiologique et la baisse du nombre d’infections enregistrées quotidiennement, au cours des deux derniers mois, une diminution du nombre de ceux qui ont reçu le premier vaccin en général. De même l’empressement vers les centres de santé pour recevoir la première dose a pratiquement baissé.

En parallèle, les citoyens ont abandonné les mesures de prévention stipulées dans le protocole sanitaire anti-coronavirus, notamment le port d’un masque de protection, l’utilisation de désinfectants, le lavage des mains, l’évitement des rassemblements divers  et autres mesures préventives qui réduiraient la gravité de la propagation du virus.

Une situation qui, malheureusement, est constatée par tous les établissements de santé à travers les wilayas du pays.

Related Articles

spot_img

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles