Accueil Divers Commerce Barrières commerciales: l’Algérie dans la liste des Etats protectionnistes

Barrières commerciales: l’Algérie dans la liste des Etats protectionnistes

0
Barrières commerciales: l’Algérie dans la liste des Etats protectionnistes

L’Algérie fait désormais partie de la liste des Etats ayant créé, en 2016, le plus grand nombre d’obstacles à l’importation. Elle est suivie de la Russie, le Brésil, la Chine et l’Inde.

Les exportateurs européens ont signalé une augmentation de 10% du nombre de barrières commerciales qu’ils ont rencontrées en 2016 seulement.

372 de telles barrières étaient en place à la fin de l’année dernière dans plus de 50 destinations commerciales à travers le monde. Les 36 obstacles créés en 2016 pourraient affecter les exportations de l’UE qui valent actuellement environ 27 milliards d’euros.

Selon le rapport sur les obstacles au commerce et à l’investissement publié aujourd’hui par la Commission européenne, grâce à sa stratégie efficace d’accès aux marchés, la Commission a réussi l’année dernière à éliminer jusqu’à 20 obstacles différents entravant les exportations européennes.

En ce qui concerne le rapport, la commissaire européenne au commerce, Cecilia Malmström, a déclaré: «Nous voyons clairement que le fléau du protectionnisme augmente. Cela concerne les entreprises européennes et leurs travailleurs. Il est inquiétant que les pays du G20 maintiennent le plus grand nombre de barrières commerciales. Le prochain sommet du G20 à Hambourg, l’UE exhortera les dirigeants à dialoguer et à résister au protectionnisme. L’Europe ne s’arrêtera pas et n’hésitera pas à utiliser les outils en main lorsque les pays ne joueront pas selon les règles « .

La Commission a réussi à rétablir les conditions commerciales normales dans 20 cas différents affectant les exportations de l’UE pour un montant de 4,2 milliards d’euros.

Les rapports sur les obstacles au commerce et à l’investissement sont publiés chaque année depuis le début de la crise économique de 2008. L’édition de cette année est entièrement basée sur des plaintes concrètes reçues par la Commission auprès de sociétés européennes. Ils concernent une large gamme de produits couvrant tout, de l’agroalimentaire aux industries de la construction navale.

La Commission défend les entreprises européennes contre les tendances protectionnistes croissantes. Ses efforts ont apporté des résultats tangibles en 2016. La Commission a réussi à rétablir les conditions commerciales normales dans 20 cas différents affectant les exportations de l’UE pour un montant de 4,2 milliards d’euros. La Corée du Sud, la Chine, Israël et l’Ukraine sont en tête de liste des pays où l’UE a réussi à s’attaquer aux obstacles.

Les secteurs européens de l’alimentation et des boissons, de l’automobile et de la cosmétique sont ceux qui ont le plus bénéficié de l’action récente de l’UE. Pour donner quelques exemples, suite à une intervention de l’UE, la Chine a suspendu les exigences en matière d’étiquetage qui affecteraient autrement les exportations de cosmétiques de l’UE de 680 millions d’euros; La Corée a accepté d’apporter ses règles pour la taille des sièges d’auto conformément aux règles internationales et Israël a permis aux entreprises de l’ensemble de l’UE de demander une autorisation de marché et d’exporter leurs produits pharmaceutiques.

LIRE AUSSI Voyages vers la Tunisie: la procédure de passage en douane en 5 minutes