23.1 C
Alger
jeudi, juin 30, 2022

Afin d’atténuer les tensions sur le Paracétamol : 19 millions d’unités injectées sur le marché prochainement

19 millions d’unités supplémentaires de Paracétamol seront produites prochainement pour contrer la pression et la tension observées récemment sur le marché des médicaments.

C’est ce qu’a annoncé le président de l’Observatoire national de veille sur la disponibilité des produits pharmaceutiques, Rédha Belkacemi.

S’exprimant sur les ondes de la Chaîne 1 de la Radio nationale, Belkacemi a expliqué que la situation épidémiologique actuelle et l’émergence de nouveaux mutants du virus Covid-19 nécessitaient de prendre des mesures urgentes pour accélérer la production de tests de dépistage et l’octroi de licences pour les importer afin de fournir plus de deux millions d’unités et les distribuer à toutes les pharmacies à un prix abordable.

Le même responsable a souligné que les médicaments du protocole sanitaire pour le Covid-19 sont disponibles (fabriqués localement et/ou importés) et distribués de manière régulière, et qu’il y a un accompagnement d’une usine qui produit des médicaments de coagulation sanguine qui entrera en service au début de février prochain, confirmant dans le même contexte que tout le matériel nécessaire pour la prévention de l’épidémie est disponible comme les masques et les gels stérilisants.

Belkacemi a souligné que l’Algérie assiste à une véritable croissance de l’industrie pharmaceutique, le ministère de l’Industrie pharmaceutique ayant pris toutes les mesures nécessaires pour fournir la matière première des médicaments finaux.

Belkacemi a souligné la tension sur certains médicaments comme le paracétamol, qu’il a attribué à plusieurs raisons comme la vente anarchique et l’automédication qui ont conduit à une sur-utilisation de ce médicament.

Pour contrer cette pression, le même interlocuteur a confirmé qu’environ 16 millions d’unités avaient été injectés sur le marché de novembre au 13 janvier, et 19 millions d’unités étaient programmées fin février.

Parallèlement, le ministère de l’Industrie pharmaceutique a confirmé dans un communiqué adressé aux médecins, pharmaciens et patients que tous les produits pharmaceutiques utilisés dans le cadre du protocole de traitement anti-Covid-19 sont disponibles.

Le même communiqué a ajouté que les produits pharmaceutiques disponibles sont les anticoagulants tels que l’Enoxaparine, le Paracétamol, l’Amoxicilline et la vitamine D.

La même source a également confirmé que les quantités disponibles sur le marché sont de plus de 2 millions d’unités de vente au cours de la période du 1er novembre 2021 au 13 janvier 2022, pour les anticoagulants Enoxaparine, avec le lancement prévu de plus de 3,3 millions d’unités de vente du 14 janvier au 28 février 2022 (dont plus de 614 000 unité livrées aux établissements de distribution durant la semaine du 14 au 20 janvier 2022).

Quant au Paracétamol, le ministère a fait état de la mobilisation de 10 producteurs locaux avec une commercialisation de plus de 16 millions d’unités de vente durant la période du 1er novembre 2021 au 13 janvier 2022, en plus de la libération prévue de plus de 19 millions d’unités de vente durant la période du 14 janvier au 28 février 2022 (500 mg et 1 g), avec 3 millions de boîtes commercialisés dans la semaine du 20 au 27 janvier 2022.

Quant à l’Amoxicilline (acide clavulanique pour adultes), son processus de commercialisation comprend plus de 1,3 million d’unités de vente durant la période du 14 janvier au 28 février 2022, et quant à la vitamine D, plus de 4 millions d’unités de vente ont été commercialisées, devraient être fabriquées entre le 20 janvier et le 2 mars 2022.

Et la même source a ajouté que des « mesures proactives » ont été prises en augmentant la capacité de production et en ajustant les programmes d’importation ou de distribution pour répondre aux besoins pour faire face à l’épidémie de Covid-19, cependant, la résurgence des cas de contamination a entraîné une « augmentation très importante » dans la demande de ces produits.

A cet égard, le ministère de la Santé a affirmé la nécessité de « s’engager à fournir des médicaments uniquement sur ordonnances afin d’éviter l’abus de médicaments, qui conduit notamment au phénomène de résistance aux antibiotiques et d’accidents vasculaires cérébraux hémorragiques ».

Elle a également indiqué que des ordres étaient fournis aux entreprises de fabrication, d’importation et de distribution en gros, les obligeant à commercialiser toutes les quantités fabriquées et/ou importées au profit des pharmaciens privés « dans un délai n’excédant pas 48 heures à compter de la date de réception de ces médicaments par les sociétés de distribution de gros.

Hamid Mecheri

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles