21.1 C
Alger
mardi, septembre 27, 2022

A la veille du coup d’envoi des JM : Le Président Tebboune entame une visite de travail à Oran

Par : Maria B.

Le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a entamé jeudi à Oran une visite de travail et d’inspection au cours de laquelle il inaugurera et posera la première pierre de plusieurs projets relevant de différents secteurs. Le Président Tebboune entamera sa visite de travail par la pose de la première pierre du projet de réalisation d’une station de dessalement d’eau de mer, dans la localité de « Cap Blanc » (commune d’Aïn El-Kerma, daïra de Boutlelis). Il procédera par la suite à l’inauguration de la nouvelle aérogare de l’aéroport international « Ahmed Ben Bella », dans la commune d’Es-Senia, avant d’inaugurer l’hôtel classé cinq étoiles de la chaine « AZ », dans le quartier d’El-Barki, au chef-lieu de wilaya. Au programme de cette visite figure également l’inauguration du complexe olympique de Belgaïd, dans la commune de Bir El Djir, qui comprend un stade de 40.000 spectateurs, un centre nautique et une salle omnisports. Ces installations accueilleront la majorité des compétitions de la 19e édition des Jeux méditerranéens Oran-2022, dont la cérémonie de lancement aura lieu samedi prochain. Dans la même localité, le président de la République, qui est accompagné d’une importante délégation ministérielle, inaugurera le village méditerranéen d’une capacité d’accueil de 4.500 lits destinés aux athlètes et à leurs accompagnateurs, ainsi que d’autres installations, à l’instar d’un hôpital pour grands brûlés d’une capacité de 120 lits, mitoyen à l’Etablissement hospitalier universitaire « 1er novembre 1954 », dans la daïra de Bir El Djir. A son arrivée à l’aéroport international « Ahmed Ben Bella », le président de la République a été accueilli par les autorités locales civiles et militaires. Après avoir écouté l’hymne national, il a passé en revue un détachement de l’Armée nationale populaire qui lui a rendu les honneurs. Quatre avions de combat des forces aériennes de l’ANP survolaient l’aéroport international d’Oran pour saluer le président de la République à son arrivée dans la capitale de l’Ouest du pays.

La nouvelle aérogare de l’Aéroport d’Oran inaugurée

Dans le cadre de sa visite dans cette wilaya, le Président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a inauguré la nouvelle aérogare de l’Aéroport international d’Oran Ahmed-Ben Bella. Le président de la République a visité les différentes installations de cette aérogare, où il a suivi un exposé présenté par le directeur de l’Aéroport d’Oran. A cette occasion, le Président Tebboune a insisté sur la nécessité d’accompagner cette nouvelle infrastructure par des sociétés étatiques fortes qui se chargeront de sa maintenance, appelant les responsables de l’aéroport à améliorer la qualité des services aux voyageurs et à assurer une gestion optimale de cette aérogare. « Il faut désormais changer de mode de gestion et confier aux jeunes compétences la gestion des grands projets », a affirmé le président de la République Cette installation est considérée comme un chef-d’œuvre architectural par excellence qui combine le style mauresque au style architectural moderne, tout en répondant aux normes internationales en vigueur. La capacité d’accueil de cette nouvelle aérogare, dont la réalisation a été confiée au Groupe Cosider, est de 3,5 millions de passagers par an, et peut atteindre 6 millions de passagers par an. L’aérogare comprend également une zone de fret répondant aux normes internationales en vigueur, couvrant une superficie de 4.000 mètres carrés. La capacité du parking pour avion a été augmentée de 15 à 25 avions. L’éclairage à l’intérieur de cette installation vitale est alimenté par l’énergie solaire, devenant ainsi le premier aéroport au niveau africain à adopter cette nouvelle technologie. Quelque 4.550 panneaux photovoltaïques de haute qualité ont été installés sur le toit de l’édifice, sur une superficie de 14.500 m2. Cette technologie permet la récupération de 25% de l’énergie qui alimentera l’aéroport international d’Oran. La gare dispose également d’un parking de trois étages pouvant accueillir 1.200 véhicules, ainsi que d’un autre parking extérieur d’une capacité similaire.

Station de dessalement d’eau de mer de Cap Blanc: le Président Tebboune pose la 1e pierre

Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune, a procédé également à la pose de la première pierre du projet de réalisation d’une station de dessalement d’eau de mer à Cap Blanc, dans la commune d’Aïn El Kerma. A cette occasion, le chef de l’Etat a insisté sur la nécessité d’assurer un approvisionnement régulier des citoyens en eau potable durant cette période estivale et d’éviter des coupures durant de longues périodes, affirmant qu' »il est formellement interdit de couper l’eau durant deux jours successifs ». Le président Tebboune a estimé qu’il était du devoir des autorités concernées de « respecter leurs engagements vis-à-vis du citoyen » en ce qui concerne les programmes d’alimentation en eau potable. Dans ce contexte, le Chef de l’Etat a estimé que « le citoyen n’exige pas des miracles » et qu’il « est préférable d’assurer un approvisionnement d’eau durant deux ou trois heures par jour plutôt que de la couper pour une longue période ». Il a également recommandé l’utilisation de l’eau dessalée pour satisfaire les besoins des consommateurs et celle provenant des nappes et des barrages pour l’irrigation agricole. « L’eau dessalée peut être utilisée pour les besoins du secteur agricole en cas d’urgence et pour une durée limitée, en raison des coûts élevés de sa production », a-t-il souligné. Le Président Tebboune s’est rendu à Aïn El Kerma à bord d’un hélicoptère présidentiel, après son arrivée à l’aéroport international Ahmed-Benbella d’Oran. La station de Cap Blanc, dont les délais de réalisation ont été fixés à 28 mois, devra répondre, une fois opérationnelle, aux besoins de la région Ouest d’Oran, selon les explications fournies sur place. Ce projet a été confié à des filiales du groupe Sonatrach telles que la société nationale de génie civil et du bâtiment (GCB) et l’Entreprise nationale de grands travaux pétroliers (ENGTP). Cette station est la 5ème du genre après celles lancées dernièrement à Bejaïa, Boumerdes, Tiapaza et El Taref, avec une capacité de production de 300.000 mètres cubes/jour chacune. Cet important projet fait partie du programme complémentaire d’urgence adopté par les pouvoirs publics prévoyant la réalisation de 5 nouvelles stations de dessalement d’eau de mer. Celles-ci s’ajouteront aux 12 autres projets en cours de réalisation et devant satisfaire 60% des besoins en eau potable à l’horizon 2030.

Dans ce contexte, il a rappelé que le groupe Sonatrach à acquérir les techniques et les technologies permettant la construction de stations de dessalement d’eau de mer. « Aujourd’hui, nous sommes en mesure de réaliser ces stations avec nos propres moyens », a-t-il indiqué, estimant que « la conjugaison des efforts permettra de libérer l’Algérie des problèmes d’approvisionnement en eau potable ». Concernant les projets de réalisation de cinq stations de dessalement d’eau de mer d’une capacité de 300.000 mètres cubes par jour chacune dans différentes wilayas qui permettront de porter la production à 3,3 millions de m3, le président de la République a souligné qu’il s’agit d’importantes infrastructures qui garantiront l’approvisionnement en eau potable notamment dans les villes à forte densité démographique.

Sécheresse

Il a rappelé, à ce propos, que l’Algérie, avec ses 74 barrages dont 90% ont été construits après l’indépendance, occupe la première place dans ce domaine à l’échelle maghrébine et africaine. Toutefois, ce réseau reste insuffisant eu égard à la sécheresse que connaît le pays depuis quatre ou cinq années », a-t-il relevé.

Le Président Tebboune a appelé les citoyens à « faire preuve de patience en attendant l’achèvement des projets », recommandant, en parallèle, aux sociétés de distribution d’eau de « ne plus priver d’eau le citoyen durant deux jours consécutifs ou plus ». « Même si l’eau devient rare, il est possible de la fournir aux citoyens pendant quelques heures par jour en attendant que la situation s’améliore », a-t-il indiqué, ajoutant que « l’eau est une affaire de gestion plus qu’une affaire de pénurie ». Dans ce sens, il a invité les responsables du secteur à revoir les données liées à la production et à la distribution de ce produit vital, qui « ne reflètent pas parfois la réalité ».

M.B.

Related Articles

Version PDF

Socials

144,087FansJ'aime
spot_img

Derniers articles